L’écologie c’est l’affaire de tous. REVOLUPLAST met en place diverses actions pour limiter son impact écologique.

De nos jours, l’une des questions les plus posées est de savoir comment fabriquer du plastique sans polluer ?

Depuis des décennies, le pétrole est le matériau le plus utilisé pour fabriquer le plastique. On le retrouve partout, dans le conditionnement des produits destinés aux ménages, comme dans l’industrie. Néanmoins, même s’il est pratique, il n’en demeure pas moins polluant et n’est pas biodégradable.

De nombreux chercheurs essaient de fabriquer du plastique écologique à partir de matériaux verts. Une jeune chercheuse aurait trouvé : fabriquer du plastique avec de la peau de banane.

Une lycéenne révolutionne la fabrication du plastique.Elif-bilgin-Google-Science-Fair

En 2013, Elif Bilgrin, une lycéenne turque de 16 ans a tenté de répondre à la question « comment fabriquer du plastique de manière écologique »

A partir de ses réflexions et divers travaux, elle a réussi à mettre au point un système qui permettrait de transformer la cellulose de peau de banane en plastique isolant, dégradable en douze mois  seulement. Cette jeune fille a mis 2 ans pour mettre son procédé au point avant de le présenter au monde entier. De nombreuses expériences ont été nécessaires pour transformer la cellulose des bananes en plastique biodégradable. Elif Bilgrin a échoué de nombreuses fois avant d’obtenir un résultat stable. Elle explique son obstination en citant Thomas Edison : « je n’ai pas échoué, j’ai juste trouvé dix mille moyens qui ne fonctionnaient pas ».

Cette lycéenne soucieuse du respect de l’environnement a annoncé au magazine Scientific American sa volonté de réduire la pollution causée par le plastique d’origine pétrolière. Son nouveau matériau « bio » pourrait être une solution efficace pour lutter contre la pollution massive en Turquie, et pourquoi pas plus tard dans les pays occidentaux. L’autre avantage : ce plastique bio ne devrait connaitre aucune pénurie de matière première puisque la banane figure parmi les fruits les plus consommés au monde : sa production s’élève à plus de 110 millions de tonnes par an !

Sa découverte lui a permis en 2013 de participer à Google Fair, un concours organisé par Google et réservé aux jeunes scientifiques, elle a reçu une bourse de 50 000 dollars pour poursuivre son idée, a reçu le prix Science in Action et était la lauréate du Voter’s Choice Awards.

Ce genre d’initiative pour moins polluer doit être encouragée. En tant que fabricant et donc consommateur de plastique, nous y sommes sensibles mais le plastique d’origine pétrolière n’est pour l’instant pas encore remplacé et nos clients recherchent des boitiers et autres pièces plastique résistants et solides dans le temps.

L’écologie étant l’affaire de tous, REVOLUPLAST met en place diverses actions pour limiter son impact écologique :

  • Sensibilisation du personnel et lutte anti gaspillage,
  • Partenariat avec des prestataires spécialisés en recyclage,
  • Utilisation de plastique recyclable et recyclé

Nous pensons que chacun peut agir au bureau comme il le fait quotidiennement chez lui.

Un poste de QSE (Qualité, Sécurité, Environnement) a été créé pour s’occuper de ces sujets qui sont pour nous importants.

Un affichage est fait à différents points stratégiques de l’entreprise : les sujets principaux sont la consommation d’eau, de papier et d’électricité.

Tous ces gestes que nous tentons de mettre en place font partis d’une démarche écologique, mais également d’une lutte anti gaspillage.

  • Nous avons tout d’abord commencé à changer les systèmes d’éclairage de l’entreprise par des LEDS : le confort visuel est amélioré, leur durée de vie est plus longue et la consommation d’électricité devrait sensiblement baisser.
  • Une dématérialisation de nos documents administratifs est en cours.

Cette volonté passe par des solutions de fonctionnement interne différentes qui font gagner de l’espace physique et une réduction des déchets papier.

Quand on sait qu’une personne consomme en moyenne 6 kg de papier par an et qu’une impression sur 6 part à la poubelle*, ça donne envie d’essayer !

« Une entreprise ne peut réduire son empreinte écologique que si elle s’efforce de trier ses déchets ».

 

C’est pour cette raison que nous travaillons avec plusieurs partenaires locaux, spécialisés dans le recyclage des différents déchets que nous produisons.

  • En ce qui concerne le plastique, la matière usinée pour la fabrication des boitiers et capots plastique, nous trions les chutes afin qu’elles soient recyclées.
  • Des sociétés spécialisées dans le tri des matières chimiques comme par exemple les diluants, les huiles, les peintures et les encres, travaillent avec nous depuis plusieurs années.
  • Enfin, pour nos déchets industriels (DIB), une benne est enlevée régulièrement pour trier tous les autres déchets afin d’être recyclés ou revalorisés de façon énergétique.

 

 

Pourquoi ne pas fabriquer des boitiers à base de plastiques recyclés ?

Nous l’avons déjà fait !

Fabriquer des gros carters en plastique recyclé de couleur noire, c’est tout à fait possible, et en plus c’est moins cher et esthétiquement identique !

La demande de la part de nos clients est encore rare mais nous ne perdons pas espoir et sommes disposés à faire des offres commerciales avec ce type de plastique.

Nous-mêmes utilisons du plastique recyclé pour nos outillages dans nos ateliers d’usinage et cela fonctionne très bien.

Nous sommes conscients que nous pouvons encore mieux faire, mieux recycler, mieux valoriser nos déchets et réduire encore plus nos consommations d’énergie. Nous continuons d’étudier d’autres points qui pourraient être améliorés.

Tout reste à faire !

 * Ademe « Etre écocitoyen au bureau » avril 2012

 

Rédiger un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *